Thomas Palmer

#03 – Ma mission ? Ouvrir une boite à sardines

octobre 20, 2018

C’est le troisième mail «devenir créatif», et je me rends compte seulement maintenant que je ne me suis jamais présenté.

Troquons donc les conseils aujourd’hui contre une petite histoire, mais toute histoire a ses enseignements.

Je suis Thomas palmer …

Je ne sais pas pour toi, mais moi je suis né au début des années 90, dans un monde où la vie était sensée être simple.

Sorti de l’école, on devait aller dans une autre école, puis supplier des messieurs de nous prendre dans une « boîte »

Puis mettre un costume, y aller tous les matins, entassé avec des millions d’autres comme des sardines même si on est fatigué.

En partir le soir, encore plus fatigué

Répétons l’opération environ 40 ans

Un jour, on nous donnait l’autorisation de ne plus rien faire, ça tombait bien car on devenait vraiment trop fatigués un moment.

Et à la fin tu mourrais.

Mais revenons à mon histoire.

En sortant du Bac, non sans mal, j’ai voulu faire du Marketing. Je me suis découvert une passion pour raconter des histoires.

Mais raconter les histoires des autres, ça m’a gonflé.

Tant qu’à faire autant faire directement de l’histoire alors ! Avec un grand H.

Et ça a presque marché, mais le système n’avait plus de sous.

De toutes façon, ça n’était toujours pas mes propres histoires

Et puis un jour, j’ai acheté un appareil photo en solde et j’ai eu une révélation. J’ai donc décidé d’opérer un ultime changement de vie, être artiste et dire merde à une vie de sardine.

Mais – était-ce possible de changer de vie, encore ?

Ça n’à pas été facile, il y a eu des échecs créatifs, commerciaux et même sociaux.

Mais qu’importe, j’ai remarqué que je progressais.

Comme tout apprentissage c’est dur mais le travail paye.

J’ai donc décidé de persévérer.

Persévérer pour montrer qu’on peut réussir n’importe quoi, même en partant de zéro.

Persévérer pour progresser, grandir, continuer à apprendre et poser un regard de plus en plus fin sur le monde.

Car même si la vie d’artiste n’est pas facile tous les jours, elle a valu cette souffrance.

En vivre est décidément la chose la plus gratifiante qui soit.

J’ai donc décidé de partager ce savoir que j’accumule tous les jours

  • mes idées
  • mes trouvailles
  • ma façon de voir le monde

Tout ça pour aider le créatif en toi dans ses pérégrinations, Pour que l’on s’aide mutuellement dans la bienveillance.

Tu es peut être encore dans ce monde du salariat, et tant mieux si tu t’y plait, sincèrement.

Dans mes emails, je vais te donner les clés de la porte de sortie

– Etre vraiment créatif et toucher les gens avec ce que tu fais
– Pouvoir en vivre, décider de tes horaires et de tes objectifs

C’est à toi de décider si tu veux les utiliser ou non.

A demain,

Thomas

S’abonner aux emails