Thomas Palmer

#04 – Du pilori au jacuzzi

octobre 22, 2018

Après le mail d’hier , j’ai reçu des retours très touchants.

Dans ce quatrième mail, avant de revenir a des aspects plus techniques, je pense que je dois enfoncer le clou.

Le monde n’est pas fait pour les créatifs.

On se couche souvent plus tard, on est décalés.

On est taxés plus que les autres.

Pas de chômage, pas d’aides.

Et nous sommes vus comme des gens qui ne foutent rien.

Tant pis, tant mieux.

La société est jalouse de ceux qui vivent à sa marge, ceux qui choisissent leurs horaires, ceux qui choisissent tout court.

Et le choix, ça n’a pas de prix.

J’ai passé trop de temps dans ma vie a essayer de rentrer dans un moule …

… Sans jamais me demander si je voulais vraiment y être.

Quand tu réussis vraiment dans ta vie créative, ça n’a plus d’importance

Dictes ta vie selon tes termes, et ne t’en excuse pas.

La leçon du jour :

Ne regarde plus tes pieds quand on te demande ce que tu fais.

Bombes le torse et sois fier, cultive ta différence.

Tu imposeras le respect.

Et surtout tu t’accepteras de plus en plus.

Ensuite, n’attends pas qu’on t’aide, tu es seul.

Ce ne sera pas l’état, un agent, une galerie ou un riche mécène qui vont améliorer ta vie. Car ils ne viendront pas.

Tu dois créer un système qui marche pour toi, et la bonne nouvelle est que c’est possible.

A demain,
Thomas.

S’abonner aux emails