Thomas Palmer

#12 – FAQ du créatif #1

novembre 6, 2018

Aujourd’hui, réponse à une question !

Cher Thomas,

D’abord, laisse moi te féliciter. Des nombreuses News-lettre auxquelles je suis abonnée, tu es le premier que je prends le temps de lire. Je me sens très concernée par ce que tu écris, et même lorsque ce n’est pas le cas c’est avec plaisir que je te lis. Tes contenus sont francs, simples, si trop longs ni trop court et les contenus sont variés et bien ciblés. Merci pour ça !

Ma petite histoire est que je viens de passer les six dernières années de ma vie sur les bancs de la fac.  décoller sa carrière.

Je me suis intéressée à l’art relativement tard. J’aime tout ce qui est visuel et graphique, calligraphique aussi. A côté de mes études j’ai appris à faire des tatouages temporaires, je te laisse découvrir ma page instagram. et ma grande difficulté est de trouver des clients, tu dois connaître ça!

Mais ce qui m’a réellement encouragée à te lire, c’est mes difficultés à peindre. Je me suis lancée au hasard, en faisant une toile par-ci, une par-là. essentiellement de l’abstrait. je testais des choses, des effets, des techniques. Mais je ne suis jamais allée plus loin, ma créativité est considérablement freinée. Je pense que j’ai observé le travail de grand nombre d’artistes au point que je n’ai plus eu la possibilité de savoir ce qui pouvais réellement émerger de moi. J’ai de nombreuses toiles blanches chez moi, qui traînent et prennent la poussière depuis de nombreux mois sans que je parvienne a faire quoique ce soit. Mon exigence étant devenue trop forte contrairement à mes capacités que je n’ai pas sus développer.

Continue de nous écrire, c’est très agréable de te lire, cela me manquerais d’avoir ce plaisir en moins dans mes journées !
Amicalement

A.

————

Tout d’abord il va falloir trouver un système pour rendre ça agréable à lire, ou par audio, ou poser des questions plus courtes, j’y travaille 🙂

Bon ! J’ai choisi cette question parce qu’elle est très complète.

A. à plusieurs soucis :
1) Elle est éclectique
2) Elle à ce que j’appelle la paralysie Instagram
3) Elle cherche aussi des clients

1) C’est difficile de se consacrer à plusieurs arts en même temps, je suis en train d’apprendre l’écriture de scénarios et c’est pas facile à concilier avec le reste.
Mais c’est vraiment stimulant, c’est comme parler plusieurs langues.
Le mieux est de t’aménager des plages horaires dans ta journée que tu consacres à chaque activité.
J’ai découvert récemment que Goscinny avait un réveil, 2 heures pour Asterix, 2 heures pour Iznogood et 2 heures pour Lucky luke.
C’est de ça qu’il faut s’inspirer, sinon notre cerveau part vraiment en sucette.

2) Pour ce qui est de la paralysie de l’action, la solution est radicale, il y’a un moment où il faut arrêter d’être observateur et créer.

Bien sûr que tu ne va pas égaler Kandinsky du premier coup. On est pas dans une compétition, si ce n’est avec soi même.
Trouves quelque chose à raconter et peins, fais quelque chose que tu détestes le moins possible, montre le, et fais mieux la fois d’après.
Il n’y a pas de secret.
Il y a un proverbe connu :

« Quand je me vois, je me désole, quand je me compare, je me rassure ».

En art, c’est vraiment l’inverse, il vaut mieux s’enfermer dans sa bulle.

3) Enfin le petit conseil business, en trois étapes, pour devenir la Queen du tatouage éphémère 🙂

Fixes toi des échéances, un tatouage par mois a mettre sur Instagram, peu importe les conditions.
Bien gérer tes hashtags locaux, et essayer de s’imposer dans des niches comme #tatouagenice .
Bien définir ta cible, et interagir avec elle dans les commentaires de leurs photos, c’est l’équivalent d’être un marchand de glace dans une cour de récrée.

Tu n’auras pas de résultats du jour au lendemain, mais si c’est fait sérieusement, ça porte ses fruits en quelques mois.

Et ce sera tout pour cette semaine, ça fait pas mal de texte pour un Lundi. C’est un format un peu spécial donc j’attend vos retours (et vos questions ! ) pour l’améliorer.

A demain,
Thomas

S’abonner aux email